Quel est le sens du baptême ?

 

Traverser la mort avec le Christ.

"Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit" (Matthieu 28, 18-20)

 

Nous pouvons remarquer que ce sont les disciples que l’on baptise, un disciple est celui qui suit un maître et qui écoute ses enseignements. D’où l’importance d’être disciple. Si le bébé ne peut l’être encore, les parents, par le baptême, s’engagent à le faire marcher à la suite de Jésus suivant son évangile.

 

Le mot baptême vient du verbe grec "baptizein", qui veut dire "plonger, immerger". La pratique d'être immergé en signe de purification s'est répandue peu avant la venue du Christ chez des juifs pieux, animés d'un profond désir de conversion. Jésus lui-même est baptisé par Jean Baptiste dans les eaux du Jourdain. Ce baptême inaugure sa vie publique. Et ce jour-là, il est désigné comme le Messie.

 

Après la Pentecôte, les premiers chrétiens comprendront le sens du baptême. Etre baptisé en Jésus-Christ consiste à faire, à son tour, le passage de la mort à la vie qu'il a accompli. Nous mourons au péché pour passer à une vie nouvelle, avec la force de l'Esprit saint.

 

Le baptême est un rite de passage : avec le Christ nous traversons la mort et nous participons à sa vie de ressuscité. Nous ne sombrons pas dans les innombrables morts symboliques qui parsèment notre vie mais, grâce au Christ, nous vivons une renaissance, une "remontée" à la vie.

 

Quand faire baptiser mon enfant ?

Vaut-il mieux baptiser son enfant tout bébé ?

 

Pour les parents chrétiens, l’Église invite à faire baptiser son enfant dès les premières semaines de sa vie. Le baptême d'un nouveau-né met en valeur le fait que Dieu nous a aimés le premier. En outre, ce sera un moyen de fêter la naissance et de célébrer l'amour que Dieu porte à cet enfant.

 

 

Peut-on baptiser un enfant après deux ans ?

 

On peut baptiser à tout âge, mais vous comprenez bien que l’on ne va pas faire la même préparation pour un bébé que pour un enfant de 3 ans et la préparation sera adaptée à chaque âge de la vie, et demandera plus de temps. Plus l’enfant est avancé en âge, plus sa capacité à comprendre est importante et plus il faudra prendre du temps pour donner la formation. A partir de 7 ans, il entre dans la démarche catéchétique avec les autres enfants en vue de se préparer à la 1ère des communions qui sera en même temps que le baptême, c’est-à-dire vers 10 ans

 

En attendant, vous pouvez déjà parler de Jésus à votre enfant, l'emmener à la messe de temps en temps et lui expliquer ce qui s'y passe. Pour vous aider dans votre démarche, n'hésitez pas à vous procurer des livrets pour enfants sur la messe, la vie de Jésus. Ils sont en général très bien faits. Il est proposé également de venir aux célébrations d’éveil à la foi pour les tout-petits.

 

La préparation est-elle obligatoire ?

 Si vous pensez que le baptême est un acte important, vous trouverez normal que l'on vous demande de vous arrêter quelques instants pour y réfléchir. Cette préparation se déroule en deux réunions avec d’autres parents pour clarifier toutes les questions sur le baptême.

 

A quoi je m'engage ?

 C'est votre enfant qui recevra le baptême et c'est sa vie chrétienne qui est en jeu. Son baptême vous engage donc à l'aider à développer sa foi, en lui parlant de Jésus, en lui apprenant à prier si vous le pouvez, et, plus tard, en l'inscrivant à l'éveil à la foi et au catéchisme à huit ans.

 Vous êtes soutenu dans votre mission par les parrain et marraine que vous avez choisi pour votre enfant.

 

Parrain et marraine : comment les choisir ?

Avoir un parrain et une marraine, c'est important pour l'enfant mais quel casse-tête pour les parents ! Avant de choisir, voici quelques réponses aux questions qui peuvent se poser. Avec le mensuel Panorama.

 

 

Le parrain que j'ai choisi pour mon enfant me demande ce à quoi cela l'engage : que dois-je lui répondre ?

 

 Que son rôle ne se limite pas à un cadeau par an mais, qu'avec l'accord des parents, il aura à accompagner cet enfant dans sa croissance tant humaine que spirituelle. Il aura à s'intéresser à lui en créant un lien d'affection et de confiance. Il saura le guider dans ses préoccupations d'adolescent, puis dans son entrée dans la vie active. Certains jouent ce rôle à la perfection, d'autres sont moins motivés, se sentent aussi en désaccord avec l'éducation que donnent les parents. C'est parce que ce rôle est important qu'il convient de choisir un parrain ou une marraine de qualité, avec lesquels on conserve des liens d'amitié malgré les aléas de la vie.

  

Le baptême civil

Définition : Le baptême civil, appelé également « baptême républicain », est destiné à faire entrer un enfant dans la communauté républicaine et à le faire adhérer de manière symbolique aux valeurs républicaines.

 

L’origine du Baptême Civil

 

Le parrainage civil remonte à l’époque de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, c’est à dire à la révolution française. Il a été institué par le décret du 20 prairial an II, le 8 juin 1794.

 

Après être tombé en désuétude pendant plus d’un siècle, il connaît ces dernières années un engouement croissant en France. Alors qu’il a été autrefois instauré comme une mesure anticléricale, le baptême civil est aujourd’hui plutôt apprécié comme un complément ou une alternative au baptême religieux. Il convient particulièrement aux parents athées et n’évoque aucune espérance en la vie éternelle. Il n’a aucune valeur juridique, les maires ne sont pas obligés d’accepter de les faire : vous leur donnez du travail en plus et qui est inutile !